Assurance et rénovation de sa maison

Si un particulier souhaite effectuer la rénovation de sa maison ou bien s’il est sur le point d’acquérir une maison ancienne nécessitant d’importants travaux alors il faut qu’il prenne le temps de la réflexion avant de s’engager plus avant. Dans les deux cas de figure, il est vivement recommandé de contacter l’assureur avant de prendre la moindre décision.


Pourquoi?

Tout simplement parce que ces dernières années, de plus en plus de propriétaires de maisons anciennes se sont retrouvés confrontés soit à des refus catégoriques d’être assurés soit à des propositions de primes d’assurance particulièrement élevées lors de l’achat ou lors d’un renouvellement de contrat. Pour les sociétés d’assurance, une maison est ancienne lorsqu’elle a plus d’un demi-siècle d’existence et ce, quel que soit son état.

Des règles de souscription sont systématiquement ajoutées par les assureurs dans le cas d’une maison ancienne: la maison doit respecter certaines conditions pour que l’assureur accepte de couvrir les risques liés à un sinistre.

Mais quels sont ces critères d’acceptation et les éléments passés au crible par l’assureur ?

Tout d’abord, son âge, son état et sa localisation.

Comme tout bien immobilier, l’architecture, le type, l’état de conservation et le lieu géographique de la maison vont conditionner son estimation selon le prix du marché.

Ensuite, et c’est bien normal s’agissant d’évaluer les risques liés à un sinistre potentiel, l’assureur va regarder si la maison au cours de sa vie a suivi des rénovations suivant les normes récentes au niveau de l’électricité, de la plomberie, du chauffage et l’étanchéité de la toiture.

Si une expertise démontre que ces 4 éléments de la construction ont bien fait l’objet d’une mise aux normes, l’assureur pourra proposer une police d’assurance identique à celle des maisons récentes ou neuves.
Si non, soit il refusera de l’assurer soit il proposera une prime exorbitante.

Le propriétaire devra impérativement mettre sa maison en conformité avec la législation en vigueur dans sa région en effectuant les rénovations nécessaires s’il souhaite que sa maison soit assurée avec une prime d’assurance raisonnable.

Mais entreprendre de tels travaux de rénovation peut rapidement conduire à une facture salée suivant les cas.
Confier ces travaux à un ou plusieurs artisans « au noir » est particulièrement tentant.  Dans ce cas, le propriétaire sera obligé de contrôler lui même ou de faire expertiser les travaux à l’issue pour vérifier que toutes les normes concernant le choix des matériaux, l’installation et les technologies utilisées ont bien été appliquées.
Outre les problèmes de fiscalité et de sécurité générés par l’emploi d’artisans non déclarés, le résultat n’est pas garanti à la fin des travaux de rénovation. Après, il faudra bien faire un choix entre travail au noir et travail déclaré, pas seulement sur des critères économiques.

Avez vous des situations à partager? Laissez nous savoir vos commentaires plus bas!

Michel